Mentions légales

Communautarisme à gauche et à droite

Le Front National dénonce le communautarisme et le clientélisme de nombreux élus de gauche et de droite.

De plus en plus nombreux sont les responsables politiques qui fustigent aujourd’hui un clientélisme d’élus de tous bords. De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer ce clientélisme qui aurait favorisé le développement du communautarisme sur certains territoires.

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, Jérôme Guedj, alors Président du Conseil Général de l’Essonne, appelait déjà à « en finir avec les complaisances locales avec la laïcité pour éviter des conflits ». Lui même avait décidé de scruter à la loupe toutes les associations qu’il finançait « pour être sûr qu’elles sont irréprochables » ou bien réexaminer le profil des éducateurs payés par le Conseil Général.

« Des élus ont préféré acheter la paix sociale avec du communautarisme dans certains quartiers », a ainsi déclaré Patrick Kanner ministre PS de la Ville sur France Bleu. « La gauche et la droite portent une lourde responsabilité », a également constaté le député LR Hervé Mariton, à l’appui des propos de Patrick Kanner. En janvier 2016, Guillaume Larrivé, vice-président de la commission d’enquête sur la politique antiterroriste de la France, fustige les « arrangements communautaristes » de certains « notables locaux ».
La liste des élus accusés d’avoir cédé à des pressions « communautaires » est particulièrement longue. Et les motifs sont nombreux : prêts de locaux ou d’équipements à des fins cultuelles, emplois municipaux, subventions déguisées, créneaux horaires dans les piscines pour séparer les hommes des femmes, réservation de salles publiques ou fermeture des voies publiques pour des manifestations à caractère religieux…
« Vous menez une politique communautariste à partir du moment où, lorsque vous répondez à une sollicitation, vous savez que vous le faites pour avantager tel ou tel en fonction de la communauté à laquelle il appartient et en pensant pouvoir en espérer un profit électoral en retour », résume Pierre Bouchacourt, ancien adjoint socialiste de Cergy (Metronews).

Or, si de nombreux élus dénoncent le communautarisme, le clientélisme est encore largement répandu dans notre pays et tout particulièrement dans notre région. C’est ce qu’a dénoncé le groupe FN-RBM de la Région Hauts-de-France.
Sébastien Chenu a mis en cause une subvention accordée à des officines communautaristes dont une radio bien connue pour son soutien affiché à des thèses incompatibles avec les valeurs de la République.
Lors de la séance plénière du Conseil régional le 14 décembre 2016, Daniel Philippot est revenu longuement sur le clientélisme de l’exécutif régional (subventions accordées sans contrôle, visites au lycée Averroès dont les responsables sont très controversés…).

Voici le texte de son intervention :

Lors de la séance plénière du 24 novembre 2016, des subventions ont été accordées à des radios communautaristes : « Canal FM » et « Pastel FM ».
Tariq Ramadan a été maintes fois invité à s’exprimer sur les ondes de Pastel FM. Ainsi que Hassan Iquioussen, imam UOIF.

Depuis longtemps, le Front National met en garde contre le communautarisme. Il a été accusé de tous les maux !

Accusé d’amalgame
Accusé d’empêcher le « vivre ensemble »
Accusé d’islamophobie !

Reprenons…

Le fameux « pas d’amalgame » !
A ses détracteurs qui lui reprochaient de voir un lien entre islam et islamisme, le philosophe Michel Onfray répond :

« Pas d’amalgame ? Non, le soleil n’a rien à voir avec le jour, ni la lune avec la nuit • le rabbin n’a rien à voir avec le judaïsme, ni le prêtre avec le christianisme, le pasteur avec le protestantisme… »
Et il conclut : « le réel n’a jamais rien à voir avec ce qui a lieu – pas d’amalgames, vous risqueriez de faire le jeu du réel. »

Autre slogan : « le vivre ensemble »
Alain Finkielkraut explique que « l’expression même de « vivre-ensemble » a surgi en même temps que disparaissait progressivement la chose. »

Enfin l’accusation d’islamophobie…
« Il ne faut pas avoir peur d’être traité d’islamophobe », explique Elisabeth Badinter. « Taxer d’islamophobie ceux qui ont le courage de dire : ’Nous voulons que les lois de la République s’appliquent à tous et d’abord à toutes’ est une infamie. Pour ma part, je persiste et je signe. »
Pour la philosophe féministe, « la plupart des Français sont tétanisés par l’accusation d’islamophobie »

Caroline Fourest écrit : « On doit au mot islamophobie l’une des confusions sémantique et politique les plus graves de notre époque : faire croire que résister au fanatisme relève du racisme ».

Malheureusement, il aura fallu attendre que la situation soit terriblement dégradée pour qu’enfin d’autres voix que la nôtre se fassent entendre.

La brigade des mères dénonce le clientélisme communautariste des maires de gauche comme de droite qui accordent généreusement « des subventions à certaines associations dont chacun sait qu’elles sont des corps coraniques. »

Alain Marsaud, député LR et ancien juge antiterroriste, indique que « la ville de Trappes est entièrement hors contrôle de la République. » Il prédit le même sort à Mantes-la-Jolie.

Bruno Le Maire reconnaît : « Nous avons depuis trente ans baissé les bras face à cet islam politique »

Georges Mothron maire LR d’Argenteuil « Je parle de ces élus indignes de leur fonction qui ont délibérément fait le choix de fouler au pied les règles les plus fondamentales de notre République et notamment celles de la laïcité pour se maintenir en poste. »
Alexandre Vicendet, maire LR de Rieux-la-Pape : « beaucoup trop d’élus, gauche et droite confondues, ferment les yeux sur les dérives communautaires pour acheter la paix sociale.
Parce que, dit-il, quand vous dites que vous luttez contre le communautarisme, vous avez tout de suite de belles âmes qui vous expliquent que vous êtes antimusulmans. »

Mais le clientélisme communautariste prend d’autres formes également.

Nous regrettons, par exemple, la visite faite au lycée Averroès de Lille par messieurs Xavier Bertrand, Gérald Darmanin, Nicolas Lebas et Jean-René Lecerf au lendemain des attentats de Charlie Hebdo.

Certes, Xavier Bertrand l’a déclaré, il importait de ne pas faire un « amalgame entre l’islamisme radical et l’islam ». J’ai rappelé la réponse du philosophe Michel Onfray.
N’empêche, beaucoup d’éléments auraient dû dissuader d’aller saluer la notoriété de ce lycée.

Même si Amar Lasfar, le président de l’association Averroès a condamné sans aucune réserve l’attentat contre Charlie Hebdo, nul n’ignore que la galaxie intellectuelle et religieuse qui gravite autour du lycée est plus que problématique.

Amar Lasfar est président de l’UOIF et recteur de la mosquée de Lille-Sud.

Je le cite : « …Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » (1999)

Parmi les conférenciers invités dans ce lycée, Hani Ramadan, ouvertement antisémite et qui a affirmé dans Le Monde que la lapidation « constitue une punition, mais aussi une forme de purification ».
Egalement Hassan Iquioussen… le « prêcheur des cités » de Denain qualifié d’« antisémite décomplexé » par Mohamed Louizi. Et qu’on entend aussi sur la radio « Pastel FM ».

J’espère, chers collègues, vous avoir convaincu d’adopter le vœu que nous formons, à savoir que le Conseil régional des Hauts-de-France décide :

-  de réserver son action, ses aides et les fonds publics aux associations présentant les garanties de neutralité politique et ne favorisant pas le communautarisme

Je ne doute pas non plus de l’appui déterminé de Gérald Darmanin qui écrivait à Eric Zemmour en mars 2016 :

« Les musulmans ne sont pas le problème. Le communautarisme, voilà l’ennemi. Le radicalisme en est d’ailleurs sa dérive sectaire. En cela, oui, les politiques sont lâches : ils n’ont pas imposé l’assimilation. Oui des quartiers se ghettoïsent, oui l’antisémitisme est banalisé, oui la libanisation est possible. »

Je vous remercie de votre attention.

Le Front National ne cesse de dénoncer ce communautarisme dangereux pour l’unité de la nation. Le Front National ne reconnaît que la communauté nationale sans distinction d’origine, de couleur de peau ou de religion.

Lien vers la Gazette patriote
http://www.gazette-patriote.com/2017/01/le-clientelisme-communautaire-de-la-majorite-regionale.html

Publié le dimanche 29 janvier 2017

Invitation de Véronique Descamps

STATIONNEMENT PAYANT : AUX BOIS-BLANCS, À FIVES, LA GAUCHE EST TOUJOURS EN MARCHE CONTRE LE PEUPLE !

INSÉCURITÉ À LILLE : CE N’EST PAS LA VIDÉOSURVEILLANCE QUI EST INEFFICACE, C’EST MARTINE AUBRY !