Mentions légales

Violences de l’Euro 2016 : y a t-il encore un capitaine dans le bateau France ?

C’est dans un climat social et politique tendu que se tient depuis le 10 juin l’Euro 2016 en France. Outre la menace islamiste toujours présente et les manifestations d’extrême-gauche qui dégénèrent quotidiennement sous prétexte de combattre la « loi travail », les hooligans, principalement Russes et Anglais, se sont fait remarquer par leurs agissements. A Marseille, le Vieux Port s’est transformé en champs de bataille et à Lille les supporters des deux équipes se sont amusés des dispositifs de sécurité renforcés en raison de l’Etat d’urgence et de la compétition.

La France se révèle donc incapable d’assurer la sécurité d’un événement d’envergure internationale où des ressortissants des divers pays sont amenés à se côtoyer et à se retrouver dans les « fans zones » et les bars. 7 mois après les attentats islamistes du 13 novembre, il est particulièrement inquiétant de nous retrouver dans une telle situation et de voir les CRS attendre, en vain, des ordres pour intervenir et arrêter les casseurs.

Mais ce n’est pas tout, comme l’indique Gabriel Robin, secrétaire général du CLIC (Collectif Culture, Libertés et Création) dans un article récent, « [le] meneur des hooligans russes Alexandre Chpryguine, expulsé du pays le 18 juin avec d’autres compatriotes, connu de l’ambassade, a pu revenir en France légalement. » Schengen une passoire ? Quel étonnement ! Après avoir pavané sur les réseaux sociaux, Alexandre Chpryguine est allé au bout de sa démarche et a pu assister au match de la Russie, à Toulouse. Lorsqu’on l’interroge à ce sujet, il répond tranquillement : « Mon visa Schengen n’a pas été annulé. Je peux légalement me trouver en Union européenne. Je suis au match avec un billet. Il n’y a rien d’anormal ».
Qu’en est-il des visas pour les islamistes à l’heure où des accords honteux sont signés avec la Turquie ? Cet exemple illustre en effet que l’Europe passoire n’est pas qu’un slogan et si on peut légitimement déplorer les dégâts causés par les hooligans russes, ceux-ci sont modestes face à ceux que pourraient causer des islamistes qui auraient théoriquement dû être expulsés et qui ne devraient pas pouvoir pénétrer dans l’espace Schengen.

L’Euro 2016 démontre, une nouvelle fois, que ni Schengen ni le gouvernement de François Hollande et Manuel Valls ne peuvent garantir la sécurité des Français et des touristes étrangers. Il est plus que temps de tourner la page et d’installer une présidence patriote en 2017.

Publié le jeudi 21 juillet 2016

Invitation de Véronique Descamps

STATIONNEMENT PAYANT : AUX BOIS-BLANCS, À FIVES, LA GAUCHE EST TOUJOURS EN MARCHE CONTRE LE PEUPLE !

INSÉCURITÉ À LILLE : CE N’EST PAS LA VIDÉOSURVEILLANCE QUI EST INEFFICACE, C’EST MARTINE AUBRY !