Mentions légales

Xavier Bertrand haineux et sectaire

« J’ai un ennemi : le Front National. Chaque jour, je dénonce le double discours du Front National. »
Ces propos tenus par Xavier Bertrand dans un meeting à Marcq-en-Baroeul sont ignobles, scandaleux et stupides. Ils sont également révélateurs d’un esprit étriqué.

Oui, de tels propos sont irresponsables. Ils ne peuvent que contribuer à entretenir un climat d’agressivité et alimenter, chez des esprits faibles, une incitation à la haine. Comment s’étonner ensuite que des réunions ou des meetings soient perturbés par des militants d’extrême gauche dont la seule façon de s’exprimer est le recours à la violence physique ? Comment s’étonner que ces mêmes voyous s’en prennent ensuite violemment aux forces de l’ordre ? Comment s’étonner enfin qu’ils mettent à mal l’économie d’une ville, son patrimoine et les biens publics et privés ?
 
« De l’adoption du mot à celle de l’idée, il n’y a qu’un pas. » Xavier Bertrand l’ignore mais les mots ont un sens. Quand chacun s’accorde à dire que la société française est de plus en plus violente, le rôle des responsables politiques n’est-il pas, alors, d’appeler à l’apaisement plutôt que de propager la haine ?
 
Que Xavier Bertrand réfléchisse à ce qu’écrivait Renaud Girard, grand reporter international au Figaro « Avons-nous, nous Français, un ennemi ? Oui et il ne se cache pas. C’est celui qui nous a mis des bombes dans le RER à Paris, qui nous a mitraillé nos enfants et nos soldats à Toulouse ; c’est celui qui décapite les journalistes et les humanitaires en Syrie. »
 
Depuis, notre pays a, de nouveau, été touché par de terribles attentats. Notre ennemi est clairement identifié. Et il n’est pas celui que Xavier Bertrand claironne tout bêtement dans ses réunions publiques. Le président de Région, soutien de François Fillon doit faire un réel effort intellectuel de discernement pour bien désigner l’ennemi. A qui Xavier Bertrand fera-t-il croire que le Front National est l’ennemi de la France ?
Notre ennemi, c’est celui qui décime Charlie Hebdo, qui égorge un prêtre, tue des innocents au Bataclan, sur les terrasses des cafés ou sur la Promenade des Anglais à Nice. Nous, Français, n’avons qu’un seul ennemi : c’est l’islamisme radical érigé en terrorisme aveugle.
 
Xavier Bertrand qui promettait de « faire de la politique autrement » devrait méditer les sages paroles de Ségolène Royal : « Un adversaire politique n’est pas un ennemi ; c’est un partenaire du débat démocratique. »

Daniel Philippot
Conseiller régional

http://www.gazette-patriote.com

Publié le jeudi 9 mars 2017

Sébastien Chenu défend sur LCP une position équilibrée sur Jérusalem

A Berlin, un terroriste du Bataclan fait son entrée au "Musée des martyrs"

Sébastien Chenu pugnace sur France Info